Jean-Christophe Frisch

Jean-Christophe Frisch parcourt le Monde depuis qu’il a créé XVIII-21 Le Baroque Nomade, et se consacre aux échanges et rencontres des musiques baroques européennes avec les musiques traditionnelles. La puissante aventure musicale de ce chef est aussi une aventure humaine avec les musiciens, qui se transmet au public à travers l’émotion, et l’humanisme qui sous-tend chaque projet.

De ses études de biologie, il gardera rigueur et précision. Flûtiste remarqué dès le début de sa carrière, son intégrale des sonates pour flûte de Vivaldi chez Universal reste une référence. Sa vision novatrice de la musique baroque, le décide à créer XVIII-21, qui pourra mettre en œuvre ses conceptions musicales. Jean-Christophe Frisch se consacre désormais à la direction et ouvre une nouvelle voie dans la relecture du répertoire baroque, découvert depuis maintenant quarante ans. Son sens du contraste des tempos, l’équilibre du grave et de l’aigu dans l’orchestration, et l’inventivité expressive des phrasés sont remarquables dans ses interprétations. Sa recherche, guidée par une perpétuelle remise en cause des acquis, s’appuie sur les avancées incroyables des découvertes musicologiques les plus pointues, l’authenticité et la sincérité de ses musiciens, et son rapport personnel avec l’orchestre, fondé sur la confiance, la sérénité, l’altérité.

Jean-Christophe Frisch a dirigé dans 35 pays, dans des lieux aussi prestigieux que la Cité de la Musique à Paris, la Philharmonie de Cologne, le Festival de Bergen en Norvège, le Southbank Center Festival à Londres, les Festivals de Jérusalem, d’Utrecht, de Granada, les opéras de Rome, de Damas ou la Fenice à Venise... Parmi plus de vingt CD, ses enregistrements sont unanimement salués par la critique internationale : "One of the best CDs of the year 2003" (Sunday Times), "One of the year’s most extraordinary release" (Gramophone), "Fascinating recordings" (Early Music Review)...

Les concerts et les spectacles dirigés par ce chef, surnommé par ses musiciens "Indiana Jones de la musique baroque", ont été salués dans de nombreux articles comme des représentations tout à fait exceptionnelles :

"Révélation Culturelle. Le résultat sonore est saisissant. Passé maître dans ce jeu subtil de va-et-vient entre le Même et l’Autre" (Télérama)
"XVIII-21 joue des contrastes comme des parentés, avec une science qui sait respecter la part du poète. Par la nouveauté du propos, la qualité de l’interprétation et la rigueur musicologique des options retenues" (Le Monde)
"Incontournable" (classicnews.com), "Admirable spirit of imagination" (Early Music Review)...
Son énergie et son charisme transportent l’auditeur dans un monde poétique et sensible. "Cela s’appelle l’infini respect" (Télérama)