le baroque nomade

Depuis plus de 20 ans, Le Baroque Nomade se distingue dans le paysage musical baroque, grâce à son approche humaniste et pionnière.

Pour mettre au jour des musiques oubliées, Jean-Christophe Frisch crée en 1995 XVIII-21 Musique des Lumières, qui deviendra par la suite XVIII-21 Le Baroque Nomade. Un nom explicite, qui d’emblée invite au grand écart entre le 18ème siècle et l’enracinement dans le nôtre. Une invitation au voyage également : Jean-Christophe Frisch n’a pas attendu que le multiculturalisme soit une mode pour explorer et rapprocher les continents, et pour rappeler que de tous temps la musique a été un vecteur de découverte mutuelle des cultures et des pensées.

XVIII-21 Le Baroque Nomade explore les connexions historiques et culturelles entre le répertoire baroque européen et les traditions musicales d’ailleurs : chinoises, indiennes, éthiopiennes ou turques, sur les traces de musiciens globe-trotters qui ont sillonné le monde à une époque où les voyages engendraient les cultures croisées.

Jean-Christophe Frisch s’attache à faire revivre ces rencontres en temps réel : l’ensemble a notamment travaillé sur les rencontres historiquement avérées entre musiques anciennes européennes et extra-européennes. Grâce à ce travail musicologique d’envergure, qui a conduit Jean-Christophe Frisch à enseigner à la Sorbonne, le Baroque Nomade participe depuis sa création au renouvellement de l’interprétation de la musique baroque, car les musiques savantes traditionnelles sont riches d’enseignements qui éclairent les musiques de notre passé.

Les voyages font partie intégrante de l’approche musicale de l’Ensemble. A chaque fois, les rencontres sont marquantes : le concert donné à Kaboul avec des musiciens afghans, tout juste après la levée de l’interdiction de la musique par les Talibans restera un souvenir ému, indélébile. Une collaboration durable avec des artistes chinois a permis de laisser les deux cultures de s’observer, se comprendre, avant de tenter des expériences communes. Pour chaque rencontre, le choix est fait de la patience. L’approche de la musique de l’autre ne se décrète pas. Il faut laisser à chaque musicien le temps de s’approprier, à sa façon, un style dont il sait qu’il faudrait une vie pour le posséder vraiment.

Puisque la rigueur musicologique est indissociable d’une grande vivacité sur scène, Le Baroque Nomade attache une importance toute particulière à l’intensité de ses concerts pour les rendre uniques, singuliers : présence du danseur Merlin Nyakam, mise en scène, interactions avec le public, travail sur les lumières, etc. Notre public est unanime : les concerts du Baroque Nomade font voyager dans le temps et l’espace.

En 20 ans, Le Baroque Nomade s’est produit dans d’innombrables festivals et théâtres français, et sur les scènes du monde entier, au sein de plus de 35 pays.

L’ensemble a aussi publié une vingtaine de Cds. Ces disques ont été salués par la critique : Télérama, France Musique, nomination aux Victoires de la Musique, Classic News, Classica, Le Monde , Diapason, La Terrasse, etc.

XVIII-21 Le Baroque Nomade est en résidence au Centre d’art et de Culture de Meudon, et reçoit le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Ile-de-France), de la Région Ile de France, du département du Val de Marne.

À une époque où nous en avons plus que jamais besoin, le Baroque Nomade continue sans cesse à faire de la musique un vecteur de lien social, un trait d’union entre les cultures, pour continuer de rapprocher les peuples, d’aller à la rencontre de l’altérité, d’encourager la compréhension, le dialogue et la paix.